Dimanche 31 août 2014
Yann Casparini Je suis hôtelier. Avec une centaine d’amis hôteliers, nous avons créé ce magazine de voyages afin de partager notre sélection d’adresses et de bons conseils.
Yann Casparini

Le Sezz, l’hôtel urbain, design et confort par excellence à Paris

• 22 nov, 2007 • Catégorie: On en parle, Paris

portrait-sezz-ok.gifOriginaire d’Arménie, Shahé Kalaidjian a vécu au Liban, aux Etats-Unis, en Angleterre et en France. Un personnage déraciné en quelque sorte, homme de la ville et éternel nomade, qui symbolise le concept moderne d’urban nomad. Après la création du Pavillon de Paris, il réalise un projet plus ambitieux encore. Le Sezz est certainement le seul établissement parisien aussi design. Surprise garantie!

Hoosta : « Le Sezz a ouvert en 2005. Quel bilan tirez-vous aujourd’hui ? »
Shahé Kalaidjian : « Pour un petit hôtel de 27 chambres, on a fait pas mal de bruit ! Notre renommée augmente sans cesse en Europe et aux USA mais aussi dans les ex-pays de l’Est, où l’on m’a d’ailleurs proposé de reproduire le concept. L’hôtel attire de plus en plus de people, mais ce n’est pas tellement notre but et puis, nous n’avons pas les infrastructures pour. Qui plus est, quand une personne du showbiz demande à  privatiser l’hôtel, nous refusons car cela nuit à  la clientèle fidèle. C’est aussi l’un des signes de notre réussite, elle atteint actuellement 5 à  10 % de la clientèle ! »

Hoosta : « Votre hôtel est surprenant. Comment réagit la clientèle ? »
Shahé Kalaidjian :
« Waouh ! Les clients sont toujours surpris et c’est l’effet recherché ! Ils le sont d’autant plus : car on ne s’attend pas du tout à  trouver ce type de décoration contemporaine derrière une façade de 1913. »

entree-ok.gifHoosta : « Quel est le service le plus innovant ? »
Shahé Kalaidjian : « Si nous n’avons pas réinventé l’hôtellerie, nous en avons remanié les standards. Plutôt que de spécialiser le personnel, nous l’avons rendu polyvalent. De cette volonté est né le concept d’assistant personnel, inspiré du butler des grands palaces asiatiques. C’est une personne qui s’occupe du client tout au long de son séjour, le plus souvent, la même, pour renforcer le sentiment d’être logé chez un ami, un ami qui serait fan de design et de confort. C’est ainsi que j’envisage mon hôtel. Et à  quartier résidentiel, hôtel résidentiel. Dans ce sens, nous avons aussi éradiqué les barrières entre la clientèle et le personnel, il n’y a ainsi pas de comptoir au bar ou à  l’accueil. Nous avons créé un espace bien-être et donné des dimensions égales aux espaces de sommeil, de bien-être et de travail dans les chambres. »

Hoosta : « Vous estimez-vous précurseur dans l’hôtellerie ? »
Shahé Kalaidjian : «A l’époque de sa création, le Pavillon de Paris, mon premier hôtel, était véritablement novateur car on ne trouvait que des hôtels classiques. Je voulais faire d’un hôtel une destination en soi, un voyage dans le voyage. Pionnier, je ne sais pas, mais je pense avoir inspiré des hôtels,chambre-ok.gif d’ailleurs on a été copié. »

Hoosta : « Les expositions culturelles se succèdent. Pourquoi ? »
Shahé Kalaidjian : « L’art et le design se marient très bien. Tous les ans, on mène un projet d’art, entre autres pour promouvoir le travail des artistes. Cette année, on ne travaillera pas avec la Fiac car on s’est associé avec Everland, la chambre située sur le toit du Palais de Tokyo. C’est une oeuvre d’art vivante à  le visiteur prend part en dormant. On est leur partenaire hôtelier, on s’occupe de l’ensemble des prestations. »

Hoosta : « Ce succès vous incite-t-il à  d’autres projets ? »
Shahé Kalaidjian : « Ah, je suis un hôtelier aventurier ! mais je ne dirai rien, je suis superstitieux! Disons que j’ai des envies d’hôtels sur la Côte d’Azur, en Suisse, à  Manhattan, à  Londres, à  Paris aussi mais un établissement différent du Sezz : je ne ferai pas deux fois dans la même ville un hôtel avec le même designer. Je travaillerai avec un autre designer qui n’aura jamais fait d’hôtel avant, comme c’était le cas pour Christophe Pillet avec le Sezz ou Joseph Karam avec le Pavillon de Paris, pour profiter d’un oeil vierge. »

Isabelle Ferrière

Partagez:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • blogmarks
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • MySpace
  • Netvibes
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • PDF
  • email
  • Tumblr
  • Twitter
  • RSS
| Flux RSS |
Marqué comme: , ,

Laisser un Commentaire